vendredi 31 août 2007

Caramel, un film de Nadine Labaki

Liban. Beyrouth. Un institut de beauté.
Cinq destins de femmes : Jayale, femme libre, de confession chrétienne, patronne de sa propre affaire, habite chez ses parents et vit dans la soumission une liaison sans issue avec un homme marié ; son employée, Nisrine, musulmane, est fiancée à un garçon qu'elle aime, mais elle n'est plus vierge ; Rima, la shampouineuse ne peut vivre son homosexualité ; Jamale, cliente quinquagénaire, tente de relancer sa carrière d'actrice après son divorce ; Rose, la voisine couturière, a dix ans de plus et a passé sa vie à s'occuper d'une soeur aînée qu'une mystérieuse histoire d'amour a laissée folle.
Ces femmes semblent en équilibre entre leurs rêves et le poids d’une culture qu’elles respectent mais dont les tabous les enferment : l’adultère, l’homosexualité, la ménopause, le célibat…
Bien qu'optimiste, cette chronique chaleureuse manque toutefois d’une histoire plus forte que les autres, qui agrégerait les pièces du puzzle et allègerait la pesanteur du temps qui passe.
Bref, c'est avec plaisir que je me repasserai "Femmes" de Georges Cukor.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Je suis toujours avec intérêt tes chroniques, je ne peux pas commenter car je n'ai pas vu ce film, mais je tenais à ce que tu le saches.
Carolina

laurence a dit…

et je trouve qu'elles sont de plus en plus intéréssantes précises efficaces avec le zeste de vibrations intérieures qui les nuance d'humanité et les projette en suspenssion plus longtemps encore...

kreul a dit…

Merci pour votre soutien !
je m'envole dans quelques heures... take care of you

Bises
K

Tina M a dit…

moi j'ai adoré, le film aurait pu encore durer longtemps!